Vous avez été à Tchernivtsi?

La Bucovine des contes de fées

La Bucovine est vraiment un coin de paradis

Je suis arrivé en Bucovine dans l’enfance, j’avais environ 5 ans, je ne me souviens pas grand-chose. J’ai eu la chance d’y retourner en 2015. J’ai été attiré par les églises peintes à l’extérieur (j’ai vu seulement Voronet et le monastère Humor) et les gens, un genre spécial de Romains, gentils, hospitaliers, pleins de vie et amoureux de l’authentique roumain, mais aussi avec un accent particulier dans les parts occidentales de la région.

Je suis arrivé en Bucovine de nouveau en 2016, puis je suis allé à Putna, l’endroit où est enterré Stefan cel Mare / Etienne le Grand, le plus important souverain (j’évite de le nommer roi) de la Moldavie. La région de Putna est spéciale, après avoir profité d’une nature magnifique, calme et pleines de contrastes, dès que vous quittez Gura Humorului et allez vers le nord, vous arrivez à Putna, où vous trouverez une oasis de verdure et de tranquillité. Je ne suis pas trop vieux, mais je n’avais jamais vécu auparavant un silence si profond et mystérieux.

La Bucovine du Nord, l’Ukraine d’aujourd’hui, la Roumanie d’hier

Cependant la Bucovine est plus que ce que vous pouvez visiter en Roumanie. La Bucovine s’étend également en Ukraine. “Le Pays des Hêtres”, comme son nom l’indique, Bucovine, a fait partie beaucoup de temps de la Moldavie, elle est passée en 1774 sous le règne de l’Empire des Habsbourg, et puis a fait partie de la Grande Roumanie. En 1945, la Bucovine du nord a été prise par l’URSS et en 1991 par l’Ukraine (après l’effondrement de l’URSS). La Bucovine du Nord est étroitement liée à l’histoire de la Moldavie, vous y trouverez la Citadelle Hotin (les deux autres forteresses de la Moldavie, malheureusement seulement 6 des 13 grandes citadelle de la Moldavie  se trouvent en Roumanie aujourd’hui, le reste appartenant à la République de Moldavie et l’Ukraine), la ville de Tchernivtsi et de nombreux locuteurs roumains dans les villages ainsi qu’à Cernauti (environ 50 000

J’y suis allé avec envie de voir, de découvrir, de ressentir un souffle roumain.

La Bucovine, au long des siècles, a appartenu:

Deux jours en Bucovine de l’au-delà, de l’Ukraine

A la frontière c’est un peu choquant, on passe beaucoup de temps (quelques heures à l’allée et deux fois plus quand on rentre dans l’espace européen), les gens sont anxieux, un peu mauvais. La frontière n’est pas européenne, c’est une improvisation roumaine.

Vous avez un choc quand vous parcourez les premiers kilomètres, les maisons sont grandes, propres, soignées, bien entretenues, les ménages aussi. Les champs sont travaillés. Les gens travaillent fort et cela est très visible. La disparité est grande entre les zones frontalières roumaine et ukrainienne.

La ville de Tchernivtsi est proche, vous y arrivez en environ 40 minutes. Ici les choses changent. La pauvreté et la lourde vie sont visibles. Vous le remarquer par l’aspect des rues, des bâtiments, des vieilles voitures. La majeure partie de la zone centrale est pavée de pierre cubique, posée depuis longtemps et réparée rarement. Mais la ville est charmante. J’espère qu’elle ne changera ni d’ici en 700 ans

Les gens sont bons, gentils, dans la rue, en trafic, dans les magasins. Les femmes sont belles, même très belles et élégantes. On voit là l’influence russe.

Cet endroit non plus n’a échappé à la globalisation, mais outre les choses insignifiantes des grandes corporations vous trouverez ici des boutiques de bonbons, des gâteaux et du chocolat impressionnants par la simplicité, le goût des produits, la spécificité et l’atmosphère.

La ville de Tchernivtsi a une architecture spectaculaire, vous découvrirez ici une série de bâtiments anciens (datant de l’époque des Habsbourg) conservés dans de bonnes conditions – le théâtre, les bâtiments dans l’ancienne zone pour les piétons (boutiques, banques, restaurants), la mairie, les lycées du centre et surtout de l’Université. L’université est vraiment spéciale. En Roumanie, vous n’en trouverez aucune aussi belle. Elle date du milieu du 19ème siècle. Vous pouvez également la visiter et vous y trouverez des guides roumains. Il est facile de la confondre avec l’une des universités britanniques.

Vous rencontrerez des personnes nées à Tchernivtsi qui parlent roumain et le font avec amour et fierté (fierté dans le bon sens du mot, avec émotion positive). Nous les avons trouvés dans des restaurants et des cafés et nous avons même apprécié de longues conversations avec eux. Ils nous ont paru des gens bohèmes, intelligents et avec joie de vivre. Peut-être que nous avons eu de la chance de trouver de personnes super, nous espérons valider le caractère spécial des Roumains d’ici dans les tours prochains.

La nourriture est très bonne et je pense qu’elle est aussi assez naturelle. Il y a une série  de lieux d’hébergement très beaux, modernes et décorés avec goût, tout comme Appartement 7 (voir les photos dans la galerie). Les prix sont inférieurs pour tout.

En guise de conclusion

Il vaut la peine de faire un voyage, pour le plaisir de connaître des Roumains nés dans la Roumanie d’hier, de voir une culture riche, de savourer les goûts d’antan (il parait que les gâteaux, les bonbons et beaucoup d’autres choses ont le goût des anciens produits de la Roumanie), pour profiter des bas prix et admirer les belles et charmantes femmes de la région.

Nous avons rechargé nos batteries et surtout l’âme; La Bucovine est l’endroit qui peut remplir votre âme même lorsque vous ne passez que quelques jours à travers ses lieux.